Aller au contenu principal

L'histoire d'innovenergy

Nous sommes en 2013, quelque part dans l'Oberland bernois, sur l'alpage de Honegg, dans l'Eriz, un générateur diesel pour la machine à traire pétarade. Les vaches se sont entre-temps habituées au bruit. Mais le berger Bernhard Aeschlimann ne l'est toujours pas. Il n'accepte tout simplement pas le prix du bruit, de la puanteur et de la pollution causés par le diesel.

Au même moment, dans un autre lieu, Christine Kehrli et ses hôtes de l'hôtel Rosenlaui de style Art nouveau s'énervent également à cause d'un générateur bruyant provenant du voisinage de l'alpage. À cinq heures du matin, tout le monde est tiré du lit sans ménagement - et ce, tous les jours ! C'est tout sauf du repos, dans un lieu de vacances par ailleurs calme et paisible.

Pas si loin des deux, Max Ursin réfléchit à l'avenir du secteur de l'énergie. En tant que spécialiste de l'énergie hydraulique, il sait que cette technologie est développée à 95 pourcent en Suisse et que d'autres lacs de stockage sont bloqués par des organisations de protection de l'environnement. Que faire de toute cette énergie renouvelable en cas de surplus et où la prendre quand il n'y a pas de soleil, par exemple, sont les questions qu'il se pose. En tant qu'ingénieur et innovateur passionné, il tombe sur la batterie au sodium par le biais d'un projet helvético-brésilien et sait immédiatement que c'est son truc !

Le destin vient par téléphone

Il commence à faire des expériences, construit des panneaux solaires sur son toit et les utilise pour alimenter deux voitures électriques avec des batteries au sodium. C'est alors que le coup de téléphone fatidique arrive. « Max, fais quelque chose », dit Christine Kehrli de l'hôtel Rosenlaui. « Il faut que le bruit cesse ! » Ce fut le déclic. Ursin identifie immédiatement un marché et se lance. Dans sa naïveté sans limite, il bondit hors de sa cage dorée et atterrit brutalement dans le stress de l'autonomie. Il quitte son emploi bien rémunéré dans une centrale hydroélectrique et fonde l'entreprise innovenergy. Dans son garage, il construit le premier système de stockage des batteries au sodium mobile et baptise son prototype « Leisemelk ». Celui-ci assurera à l'avenir le calme à Rosenlaui. L'exploitation économise 1'200 litres de diesel en une seule saison. Le tout n'apporte donc pas seulement une traite respectueuse de l'environnement, mais est également rentable.

Grâce au crowdfunding, Max Ursin récolte 60'000 CHF et continue à développer le « Leisemelk » pour en faire un « IndieWatt ». Sa vision : un approvisionnement en électricité sans diesel dans les exploitations alpines suisses. Il publie son projet dans un journal agricole. Bernhard Aeschlimann est immédiatement enthousiasmé et prend contact avec Max Ursin. Aeschlimann développe pour lui-même une installation solaire pliable et Ursin lui fournit le stockage mobile. Le stockage est rechargé en énergie pendant la journée, indépendamment du réseau, grâce au photovoltaïque. Ensemble, les deux hommes parcourent les Alpes avec leur produit et apportent le calme à la traite en altitude.

Plus que la traite des vaches

Très vite, Max Ursin se rend compte que le succès passe par la standardisation. En effet, chaque stockage des batteries au sodium mobile est une construction spéciale. Il découvre qu'il n'existe pas de stockage de batterie écologiquement durable pour les maisons individuelles, dont les toits sont désormais largement recouverts de panneaux photovoltaïques. C'est le créneau du marché et, dès lors, sa priorité : « Une énergie renouvelable propre, stockée dans des stockages sur batterie propres ». Il développe donc le premier « salino ». Le produit est bien accueilli sur le marché encore très restreint. Bientôt, sa seule force de travail ne suffit plus.

Expansion d'une idée de garage

La comptabilité est engagée, un programmeur assure un monitoring propre du système de stockage des batteries au sodium, un directeur stratégique rejoint l'entreprise, un monteur s'occupe des travaux de vissage et un marketing professionnel est intégré. « salino » devient salidomo©. « IndieWatt » devient saliGO!©. Ursin et son équipe poursuivent leur développement. Le salitrust© voit le jour, un grand salimax© est également prêt à être commercialisé. D'autres spécialistes techniques et un véritable vendeur viennent compléter l'équipe. Fin 2021, la jeune entreprise compte dix employés.

Les systèmes de stockage des batteries au sodium d'innovenergy répondent à l'esprit du temps en matière de sécurité et de durabilité. Le nombre de références augmente chaque jour. Des centaines de maisons individuelles possèdent désormais un stockage au sodium écologique. 

Des entreprises de renom s'intéressent aux batteries au sodium de Meiringen. Ursin trouve notamment de bons clients dans les entreprises où la sécurité publique joue un rôle important. Certaines compagnies ferroviaires suisses en font partie. Les premiers grands projets sont réalisés, entre autres avec la chaîne de supermarchés MIGROS

Devenir partenaire
avec des stockages ECO
pour votre portefeuille